Conférence de Sergeï GURIEV (lundi 15 février 2016)

Retrouvez l’enregistrement et le texte de la conférence de Sergeï Guriev intitulée « Political economy of reforms and implications for ethics of liberalism »

The great experiment of post-communist transformation in the last 25 years has produced many important lessons on the drivers of economic and political change and on essential components of functioning liberal democracies. When the Berlin Wall fell and when two years later Soviet Union disintegrated it was clear that the old system was bankrupt, both economically and socially. It seemed that transition to market economy and democratic politics was the only way forward. Some countries have indeed completed this transformation relatively quickly. Others have been progressing at a much slower rate. It was most worrisome, however, that certain countries went in circles and have experienced not only reforms but also reversals of the reforms.
Why were the reforms reversed? The explanation is the political economy of the large-scale institutional change. Even if reforms produce growth, the public will only support them if the benefits of the reforms are shared broadly. What is less obvious is how to achieve this in practice in every specific case. This is especially difficult if the interest groups who stand to lose from the reforms are deeply entrenched. In a country with mature political institutions, the reformers can commit to compensate the losers from the reforms. However, if the modern political system is only being created, there are no commitment mechanisms: the winner takes it all. Therefore those in power understand that once the reforms take power away from them, they will have no guarantees to assure their share in the benefits of the reforms.
What are the political institutions that allow for commitment to broad distribution of economic gains? The major lesson from transition is very simple: these are democratic institutions that make sure that the government is elected by the people and is transparent and accountable to the people. These institutions include political checks and balances, functioning courts, political parties, active civil society, competitive and uncensored media. This sounds like an idealistic view from an undergraduate textbook but the transition experience shows that economic reforms did work better in the countries that managed to develop such political institutions than in non-democracies. In the post-communist region, there is a strong correlation between the degree of democratic development and the social and economic outcomes. The countries that have managed to build a functioning democracy are the ones that have also demonstrated strong economic performance. On the contrary, the countries where autocrats managed to consolidate their regimes have seen the reversals of economic reforms and stagnation.
Twenty five years ago this outcome did not seem pre-determined. At that point, many economists thought that the inevitable pain of economic reforms implied a need for strong leaders who would force the reforms through against the will of majority. Some such leaders emerged. But wherever the reformers did not benefit the majority, these reforms were eventually reversed. And the main lesson was that the mechanism for assuring the “inclusion”, i.e. for sharing the benefits of the reform was the democratic political system. The countries that have built such political systems may have had a slower pace of the reforms but these reforms were widely accepted and therefore irreversible. And vice versa, the countries without inclusive democratic institutions still lag behind in economic terms as well.
There is certainly a very important exception to this rule: China has been able to build checks and balances within the communist party, regular rotation and meritocratic selection without introducing formal democratic institutions. This created the pro-growth incentives at all levels of the bureaucratic hierarchy. There remains a puzzle why these informal institutions have been sustained over almost forty year – and for how much longer the political elites will respect these rules of the game.
The political economy of reforms has major implications for our understanding of liberalism, in particular, that the two definitions of liberalism – the social liberalism and the classical (or economic) liberalism – are much more closely related than we could have thought otherwise. Usually, the classical liberalism emphasizes the importance of freedom. Its economic facet focuses on the benefits of market economy – and this is how liberalism is understood in Europe where liberals belong to the “right” side of the political spectrum. In the US, “liberals” are understood as social liberals who emphasize the value of equality – and therefore belong to the “left”. The twenty five years of post-communist transition have shown that the arguments of European “right” are not at odds with those of the American “left”. Moreover, if economic liberals want to prevent reversing their reforms, they have to take into account the arguments of the social liberals – simply as the market reforms that are not perceived as fair cannot be sustainable.
Definition of fairness is highly culture-specific. Different societies understand fairness in very different ways. Probably, the lower common denominator for fairness is equality of opportunity – the concept that individuals have the same set of opportunities irrespective of circumstances of birth, such as parental background, gender, race, place of birth etc.
No country assures perfect equality of opportunity. Even in North European countries – which are assumed to be successful in combining market economy with social cohesion – family background is an important determinant of opportunity. Moreover, it is not clear that equality of opportunity is even theoretically achievable. Indeed, once we accept that children’s success is an important part of any parent’s utility function, this immediately implies that equalizing children’s opportunities becomes problematic. First, it undermines the parent’s opportunity. Second, equalizing children’s opportunities requires ruling out transmission of wealth and human capital from parents to kids – which is against family values in most modern societies.
Whether equality of opportunity is achievable in practice or in theory, it remains a conventional benchmark for most if not for all countries. Usually, economic liberals support equality of opportunity for two reasons. First, it is very hard to argue against equality of opportunity on ethical grounds. Second, inequality of opportunity is economically inefficient: if certain categories of individuals are denied opportunity because of circumstances of birth, the economic welfare is in general lower than in case each can choose a career that is best for him or her. But political economy of reforms points to a third important reason for economic liberals to support equality of opportunity. The economic reforms that reduce equality of opportunity are eventually politically unsustainable.
Are the pro-market reforms compatible with equality of opportunity? The answer is a qualified yes. In some cases, equality of opportunity even requires markets. For example, if we want to provide similar opportunities to entrepreneurs with and without inherited wealth, the most efficient way to do it is through developed financial markets. Financial markets also provide individuals – irrespective of their initial wealth – from risks (that disproportionally hurt the poor). Access to financial services also makes workers more mobile – and thus protects them from local economic shocks and monopsonistic exploitation.
However, the markets do not always deliver equality of opportunity. There are a number of conditions that the state can fullfil. First, the state has to support basic economic institutions: rule of law, property rights and competition. Second, the state should assure equal access to public goods such as education, healthcare and infrastructure.
Third, the state should provide social safety nets for those whose human capital is hit by market reforms. The issue of social safety nets has become especially important in recent years when the pace of the economic change has become qualitatively different. Previously the change in relative returns to occupations would take decades. Therefore individuals could count on one occupation during their lifetimes – and then possibly encourage their children to choose another, more relevant occupation. Nowadays, we see that economic change has accelerated so that human capital depreciates within one generation’s lifetime. The situations where individuals have to retrain within their lifetimes (or reduce working hours or retire early) have become very common.
These three factors explain why in many cases the liberal pro-market reforms may require more government rather than less government. On the other hand, with all the importance of government intervention to support the market, we still should not forget that government failures are very common. For example, when we advocate the government to address the failure of asymmetric information (e.g. in the financial markets) we should remember that government itself suffer from inherent informational and incentive problems. The view of omnipotent, omniscient and benevolent government is not realistic. Also, government has to be funded, and taxes are distortive. Therefore we should limit government intervention to situations where market failure is clear and where the government can correct the inequality of opportunity. For example, students from poor families should get scholarships and/or subsidized student loans but there is nothing wrong with charging high tuition for those who can afford it.
The solutions are not always obvious. The perception of high risk of reform reversal may prevent the creation of the very institutions that reduce this risk – and therefore create a vicious circle. A typical example is the illegitimate privatization which has taken place in some transition countries. Privatization often creates losers. Most often, before privatization, state owned firms are inefficient and in particular employ excess labor. The privatization therefore raises the efficiency of privatized firm, but the released workers have to be supported by the state (hopefully through the proceeds from privatization sales). If privatization is perceived to be legitimate, the new owners do not fear expropriation and are prepared to pay high price for the privatized assets. Thus the government’s revenues from privatization are high and there are enough funds to compensate those losing from the privatization. If state assets are privatized in a non-transparent way, then the public deems privatization unfair, there is a political support for renationalization. This risk is priced in at the privatization stage hence privatization revenues are low – which adds to the perception that the privatization is unfair.
Another lesson from the reversals of economic and political reforms in transition economies is the importance of media. Reforms are sustainable when they are perceived to be fair. But perceptions may be manipulated. If media are free and competitive, the public is eventually informed about the costs and benefits of the reforms. And this is why various anti-market interest groups are interested in capturing or censoring the media to bias the public’s perceptions. In recent decades we have witnessed the emergence of new business model of media-industry conglomerate: interest groups use media to misinform the public; the misinformation allows them introduce or keep in place policies that generate rents; they use rents to fund media. This model is very stable for two reasons. First, the public may not be even aware of the fact that media are captured. Second, the entry of new, independent media is difficult as the whole media industry is distorted by cross-subsidization by rent-seeking business groups. This model is especially dangerous as it may prevent or reverse reforms that promote both growth and equality of opportunity but run against the vested interests.
Media freedom per se is also not a guarantee against reversals. Even if media are free and competitive, there are still costs for the public to process the information. In many cases, citizens have access to objective information but rationally choose to remain uninformed simply because tracking and digesting all the relevant information is too costly. This implies that populists may have a change even when media are free and democratic institutions are in place. The experience of the transition economies suggests however that the populists dislike checks and balances and media freedom most. Once they get to power, they start with introducing overt or covert censorship and with removing checks and balances.
The saying goes that it is hard not to throw away the baby with dirty bathwater Designing and implementing inclusive liberal reforms that promote markets growth while preserving equality of opportunity is difficult. However, there is no attractive alternative. There are many countries that have no equality and no growth – essentially they manage to throw away the baby without spilling a drop of the dirty water. These are the countries with corrupt and unaccountable governments where investors are scared of expropriation – hence there is no growth, and where success is linked to political connections – hence no equality of opportunity. Finally, there is a communist alternative which is often considered as a model of equality at the cost of low growth. However, communist society also features high inequality it is just it is not the monetary income that matters but the access to ability to spend it on cheap and high quality products. In North Korea, even access to education is officially regulated based on family background. This makes it different from continental Europe where strong democratic institutions assure true equality but slow growth.
Given all the challenges faced by economic liberals, one should not underestimate the successes achieved by pro-market reforms. Despite the reversals and crises in the last few decades, the world economy has been growing at an unprecedented rate allowed hundreds of millions of people to exit poverty. And most of this growth has occurred in countries committed to capitalism. Even in China where state owned enterprises still dominate the economy, the growth came from private and privatized firms.
It may well be the case that global economy will no longer grow at 4-5% per year. However, even if the global growth rate slows down to 3 percent per year, average living standards will double by 2040 with striking implications for eradicating poverty. This should and will be achieved through inclusive market reforms.

Conférence de Sergeï GURIEV (lundi 15 février 2016)

PROCHAINE CONFÉRENCE : 7 mars 2016

Le lundi 7 mars 2016 à 17 heures 30, la Fondation Éthique et Économie accueillera Michel Camdessus, Gouverneur honoraire de la Banque de France, ancien directeur général du Fonds Monétaire International.

Il prononcera une conférence sur le thème : « Vers une éthique économique pour le XXIe siècle ».

Entrée libre (dans la limite des places disponibles) – Inscription obligatoire par courriel à l’adresse : fee@asmp.fr

Résumé : De graves manquements à des principes éthiques de base ont pu être identifiés à l’origine – au moins pour partie – de la crise dont l’économie mondiale peine à sortir. Ce simple constat invite à la recherche des éléments d’une éthique économique qui devraient présider au développement durable de l’économie mondiale pendant les prochaines décennies. Pour tenter d’identifier ces principes, il est nécessaire de se livrer à une réflexion prospective, inévitablement trop sommaire, sur les traits principaux de l’économie nouvelle qu’ils auront à régir. Ce regard sur l’avenir permettra de mettre en relief quelques-uns des défis majeurs auxquels l’humanité aura à faire face. Il ne pourra y être répondu qu’au prix d’une remobilisation éthique autour de quelques valeurs essentielles. Ce pourrait être, dans leur acception plénière étendue à l’horizon mondial, le sens de la responsabilité et de la solidarité. Resterait alors à tenter de répondre à une ultime question : quelles initiatives prendre dès aujourd’hui pour que ces valeurs aient quelques chances de prévaloir ?

PROCHAINE CONFÉRENCE : 7 mars 2016

L’éthique du libéralisme en question

Dans ce texte programmatique, Bernard Esambert, après avoir situé la problématique des travaux de la Fondation, formule douze points (concepts ou questions) qui doivent guider la réflexion pour l’établissement d’une Charte universelle des règles éthiques du libéralisme. C’est dans ce cadre qu’ont lieu nos conférences. Nous souhaitons également recueillir vos avis, réflexions et commentaires.

L’espèce humaine ressemble furieusement à un véhicule en pleine accélération, conduit par d’innombrables pilotes vers un avenir incertain.

Tout a commencé dans les années 1960, quand le commerce mondial s’est mis à croître beaucoup plus rapidement que la richesse (le PNB) mondiale. Le progrès et un rythme effréné des moyens de transports des produits et les informations ont accéléré le mouvement.

Aujourd’hui les échanges internationaux représentent plus du tiers du PNB mondial et nous travaillons tous deux jours sur trois pour l’exportation. Les exportations d’usines puis des laboratoires de recherches pour suivre et naturaliser les produits, donc les transferts de capitaux ont suivi.

Ainsi est née la mondialisation dont on nous rebat les oreilles. La libéralisation des marchés ainsi que la financiarisation de la sphère économique ont fait le reste, et nous vivons désormais dans un monde de marchands produisant massivement du confort matériel, des services et des images. Le contexte est celui d’un combat économique qui a transformé la planète en champ de bataille, sans morale ni spiritualité. Si sur le plan matériel, le libéralisme des temps modernes a apporté la satisfaction des besoins vitaux à des centaines de millions d’individus, il a creusé l’écart entre une société de consommation qui déborde de biens matériels et d’images pour les uns sans procurer un minimum vital décent pour les autres.

Sans doute la source de nos passions est-elle l’amour de soi. Mais elle se double d’une réciprocité, l’assujettissement à l’autre. On n’est jamais quitte à l’égard d’autrui car on se construit au contact de l’autre. L’homme seul ne peut survivre et c’est dans le contact avec ses semblables, avec le groupe, qu’il apprend les codes de la société : sortie de soi, solidarité, compassion. Tant il est vrai que pour prospérer depuis des centaines de milliers d’années le sapiens a eu besoin des autres pour survivre. La morale est peut-être d’abord génétique mais elle peut s’imposer aussi à nous sans notre consentement, sans qu’il nous soit possible de nous dérober. Je suis « malgré moi pour les autres ». Nulle magnanimité, c’est mon destin d’homme façonné par d’innombrables générations et par ma construction auprès des autres. Si je suis homo empathicus, c’est par nécessité.

Car même si la vie était appropriation et assujettissement des plus faibles, si rien n’était ni bon ni mauvais, le plus efficace devenait sans limite le plus fort, la violence devrait malgré tout s’apprivoiser, faute de quoi son coût, dans une société composée de maîtres et d’esclaves, risquerait de devenir inacceptable

Il s’agit dorénavant d’envisager un libéralisme éclairé prenant en considération la notion de solidarité au sein de l’espèce humaine. Sans oublier la justice, l’un des tous premiers concepts inventés par l’homo sapiens sapiens. Les États responsables de la préparation de l’avenir sont devenus des États du palliatif dispensateurs de protection et de consolation. Partout l’injustice est dénoncée mais elle persiste sous de multiples visages comme celui, honteux, du chômage. La mondialisation s’est développée beaucoup plus rapidement que ses nécessaires régulations et l’apparition d’un code éthique au niveau mondial.

C’est sur ces plans qu’il convient désormais d’agir pour mettre de l’ordre dans notre image du monde et pour que le libéralisme, remarquable facteur de développement, reste un moyen et ne se transforme pas en une religion sans garde-fous.

Le siècle des lumières prétendait émanciper l’homme du despotisme et des préjugés. Les temps modernes ont enfanté un capitalisme généralisé à l’ensemble de la planète, un libéralisme appliqué presque partout sans bénéficier du respect général. Pour beaucoup ce capitalisme use et corrompt et crée ainsi les germes de sa destruction, d’ailleurs peu probable tant il a triomphé de multiples cancers. La culture-monde est loin de déboucher sur un consensus dans ce domaine. Car la réflexion économique a pris son autonomie par rapport à la morale. La crise récente a braqué les projecteurs sur ce divorce. Faute du principe d’équité et de responsabilité socio-économique, les marchés se sont financiarisés et l’appât du gain a succédé au « doux commerce ». De la Grèce antique à l’Europe du Moyen-âge l’analyse économique était une branche de la morale et de la théologie. Et pour Adam Smith, l’un des « pères fondateurs » de la science économique, l’économie qu’il analysait dans « La Richesse des Nations » (1776) n’était pleinement efficace dans la production et la distribution de richesses, dans une société et un Etat bien gouverné, que si elle reposait sur un socle moral solide et généralisé, décrit dans « The Theory of Moral Sentiments » (1759-1790). Les phases d’essor de l’économie marchande ont conduit l’économie à devenir politique dans son rôle majeur dans l’évolution des sociétés. Depuis quelques décennies et surtout quelques années l’appât du gain a transformé de nombreux nouveaux maîtres du monde en spéculateurs sans garde-fous : l’homo economicus est en train de devenir surtout un spéculateur financier davantage qu’un marchand ou un consommateur.

Le libéralisme s’est adossé, il y a longtemps, à des valeurs incontestables : l’honnêteté, le respect des autres et de la parole donnée, le travail et le bel ouvrage, la transmission du savoir… Dans nos sociétés modernes, ces valeurs sont épisodiquement devenues presque dérisoires.

Le capitalisme égalitaire, c’est un bateau sans voile, sans moteur et sans timonier mais la gestion actuelle des gains financiers, des salaires, bonus, retraites garanties des managers commence à donner une image dégénérée du capitalisme. Comment demander des sacrifices à ceux qui ne partagent pas équitablement les résultats d’une entreprise. Un tel système bloque tout espoir de consensus. D’où la nécessité d’une nouvelle sagesse prenant en compte une responsabilité intergénérationnelle, l’aspiration à une société plus juste et la notion du bien commun. Dans ce domaine la sphère économique ne se distingue pas des autres sphères de la vie sociale.

Il ne sert à rien de danser la danse du scalp devant le libéralisme et de vouer le libéralisme aux gémonies, il faut simplement le doter d’un code moral qui le rende acceptable à la majorité. Qui recrée un peu de vertu et de grâce dans le système en déclinant l’immense désir de justice et de dignité de l’homme du XXIème siècle. Confucius notait que ne pas agir quand la justice commande c’est de la lâcheté. Le juste est la seule règle du confucéen dans les affaires du monde. Confucius, toujours lui, avait défini de la façon suivante le principe qui pourrait servir de guide pour toutes les actions de la vie : « Ne jamais faire aux autres ce qu’on n’aimerait pas qu’ils nous fassent. »

La partie du monde qui a fait le tour du supermarché aux cent mille produits serait bien inspirée de mettre en place sans postures morales excessives un capitalisme moins gaspilleur de ressources rares et de génie créateur, d’anticiper un peu sur le mouvement en faisant rattraper la science par le politique. Comme la démocratie, le libéralisme est le moins mauvais des systèmes mais il est loin d’être parfait. La frilosité des politiques qui se contentent de gérer l’histoire telle qu’elle existe est dérisoire. Quand « les ruines menacent de recouvrir les espérances », il est temps d’agir.

Par un gigantesque effort d’éducation, principale source de valeurs dans l’évolution du monde. Et ceci au moment où dans nombreux pays les dépenses d’éducation baissent en proportion du produit intérieur brut tandis qu’une crise des vocations liée aux bas salaires et au standing social insuffisant des enseignants risque de conduire à un désamorçage des systèmes d’enseignement à la base.

Par la satisfaction d’une revendication de justice et d’éthique qui déborde des croyances religieuses. Car pour beaucoup, qui ne reprennent pas à leur compte la formule attribuée à Malraux « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas », un code moral peut se concevoir indépendamment de toute base religieuse. Dans la mesure où l’humanité a tout expérimenté depuis les quelques milliers d’années que l’homme a commencé à penser, un code éthique ne pourrait-il être bâti à partir des convergences et des domaines communs que l’on peut observer entre différentes religions comme le bouddhisme, le judaïsme, le christianisme et l’islam ; et les grands principes que l’humanité a adoptés sans toutefois toujours les appliquer comme les droits de l’homme issus des révolutions américaine de 1776 et française de 1789.

La mondialisation s’est développée beaucoup plus rapidement que ses nécessaires régulations et l’apparition d’un code éthique au niveau mondial. C’est sur ces deux plans qu’il convient désormais d’agir pour mettre de l’ordre dans notre image du monde.

Côté régulation les organismes sont trop dispersés : l’ONU, l’OTAN et les États-Unis pour la gendarmerie du monde, la Banque Mondiale, le FMI, le G2, le G8, G73, … pour l’économie. Tous et toutes datent d’années récentes à l’exception de l’OMC, d’ailleurs imaginée dans les accords de Bretton Woods. Il apparaît évident que le monde ne pourra faire l’économie d’une organisation confédérale, débouchant sur un minimum de fédéralisme, lui permettant de mettre de l’ordre dans la guerre économique.

Certains lisent l’économie comme une religion avec son Dieu, sa bible et son clergé. Quant à nous autres sécularisés, prenons la distance qui convient. Le propre d’une idéologie est de se transformer en une vérité qui ne doit pas être débattue ; l’économie est en train de devenir une telle idéologie. Elle a ses mythes, ses espoirs, ses croyances, ses druides, son ciel et sa terre. Les hommes s’aiment assez pour supporter d’être ensemble mais pas de devoir partager leurs biens. Comment modérer la passion de la concurrence avec un peu de cet amour du prochain ? Telle est une des autres questions posées au libéralisme. Nous sommes une fois de plus plongés dans une crise du sens. Et nombreux sont ceux qui sont prêts à suivre le premier gourou venu ; actualisant ainsi la célèbre formule de Marx sur la religion, opium du peuple. La modernité serait-elle un don vénéneux ? Un pape dénonce : « La mondialisation de l’indifférence ». Notre patrimoine génétique se réveille épisodiquement et nous fait donner dans la compassion ou l’humanitaire et invoquer la fraternité oubliée. Ainsi récupère-t-on par ces « orages émotionnels » la dimension biologique de la parenté entre les hommes.

Il y a une mondialisation idéale, celle où le progrès de chacun contribue au progrès de tous. Mais comme l’a écrit François Perroux, le progrès n’est pas une « fatalité heureuse » ; il dépend de la persévérance dans l’effort et le risque est grand que la jungle de l’inconnu n’entraîne un retour aux idées simples comme l’extrême nationalisme, le racisme ou l’intégrisme. Les chevaux de l’apocalypse ne sont jamais très loin.

Rêvons d’un dialogue entre Averroès, Maïmonide, Saint Thomas d’Aquin et Aristote qui réanimerait l’entrelacs des révélations et de la raison. D’un pari de Pascal étendu à l’ensemble de l’irrationnel et du rationnel. La raison et la foi s’adossant, quoi de plus humain pour faire face à nos interrogations.

Une sagesse pourrait s’en dégager, libre d’ailleurs de toute tutelle religieuse car résultant de la pluralité religieuse, surtout si l’on fait également appel à quelques prix Nobel de la paix, responsables d’ONG, grands scientifiques et philosophes connus pour leur qualité humaine (des entrepreneurs d’humanité) et quelques libres penseurs et fervents partisans des droits de l’homme.

Car nous sommes tous des enfants d’Abraham, de la raison, de la sagesse. L’islam n’est pas forcément la solution, pas davantage que le seul christianisme ou le judaïsme. C’est leur somme et le respect de l’autre qui peuvent nous rapprocher du ciel ou du sens sans nous faire perdre le contact avec le sol à condition que nous abattions nos idoles sources d’égoïsme et d’intolérance pour ajouter à l’important chiffrable l’essentiel qui échappe aux chiffres. Il arrive que des idées déchirent la pensée comme des poids trop lourds déchirent les muscles. Un code éthique élaboré par un cénacle composé de représentants des religions et complété on l’a vu par d’autres « entrepreneurs d’humanité », notamment agnostiques, consoliderait de jeunes démocraties un peu partout dans le monde, freinerait l’absentéisme du cœur qui accompagne souvent la concurrence sans frein. De nombreuses prémisses d’un tel code éthique des temps modernes existent. Le congrès mondial des imams et des rabbins, les Nations Unies, au travers de réunions initiées par Kofi Annan (Global Compact 1999), le parlement des religions du monde et l’OCDE ont chacun de leur côté exploré le champ général de l’éthique.

L’intérêt de la réunion suggérée ici de tous ces grands sages regroupant les forces vives de toutes les spiritualités serait de dire une Parole, la parole de dieux qui ne se combattent plus, chaque religion devant trouver son chemin vers ce fond commun et lutter contre son propre sectarisme.

Dans les grandes religions monothéistes, à des degrés divers, Dieu parle à l’homme qu’il souhaite pleinement responsable. Tout homme est jugé sur ses actes. Il appartient donc à l’homme de rassembler les étincelles divines et d’humaniser le monde. Dans « Les origines du christianisme » Renan écrivait déjà : « La morale est entrée dans la religion ; la religion est devenue morale. L’essentiel, ce n’est plus le sacrifice matériel. C’est la disposition du cœur, c’est l’honnêteté de l’âme qui est le véritable culte […]. Le règne de la justice, oui, telle est bien la loi de ces anciens prophètes […] ».

Il ne s’agit pas d’effectuer la synthèse entre économie et morale mais d’envisager une nouvelle façon d’appliquer la morale à l’économie afin de donner un nouveau souffle à notre système économique actuel. Et ceci au travers d’une « convention » de personnalités mondiales débouchant sur une « charte éthique du libéralisme » suivie de sa très large diffusion multilingue et multimédia.

***

Dans cet esprit le premier concept qui vient à l’esprit est bien entendu celui de justice. Pascal a raison de rappeler que les gens n’obéissent aux lois que parce qu’ils les croient justes. Le mot justice désigne des exigences morales qui se situent au plus haut sur l’échelle de l’utilité sociale et qui sont même source d’une obligation suprême. Ce n’est pas forcément le rôle des chefs d’entreprise et des économistes d’administrer la justice mais sa véritable liberté sous-jacente. Repose-t-elle sur un ensemble d’états (la bonne santé, un logement décent, la possibilité de se nourrir, de lire, d’écrire, d’accéder à un minimum d’éducation) sur lesquels la convention pourrait se pencher et fixer au monde des entreprises quelques règles de comportements afin que chacun puisse mener une existence décente. Étant entendu que les chefs d’entreprise ne sont pas pour autant lourds de destin moraux. Étant entendu aussi que si la concurrence est une règle du jeu extraordinairement efficace du monde économique libéral rien n’interdit de la réguler par un « code de la route », le but restant toujours de gagner c’est-à-dire d’obtenir en permanence la plus grande rentabilité pour les capitaux investis ; ce qui n’empêche pas de semer le chemin des entreprises de contributions à l’équilibre social, à condition d’être sûr que la très grande majorité d’entre elle continuera à progresser. En cela le système capitaliste fondé sur la plasticité et la capacité d’adaptation d’un très grand nombre d’unités, offre infiniment plus de souplesse que les systèmes marxistes où la stratégie des entreprises consiste souvent à exécuter des instructions venues de l’extérieur. Si le cœur humain goûte les idées de bien et de perfection dont il s’éloigne dans la pratique, les entreprises ne pourraient-elles fréquenter pour s’en imprégner les mêmes concepts ?

Le second concept qui fonde la vie en société est celui de dignité humaine. Tout portrait de l’homme exprime une élévation, un souci de l’autre, un objectif de coexistence fraternelle déjouant la malédiction du meurtre d’Abel par Caïn. La dignité humaine est l’une des rares notions sur lesquelles il est possible à la plupart d’entre nous de se mettre d’accord au moins dans une certaine mesure. Deuxième question posée à la Convention : Comment se décline-t-elle dans le libéralisme ? Comment celui-ci peut-il éviter de déboucher sur l’humiliation, sur la transgression des droits de l’homme ?

La troisième question porte sur le devenir de l’espèce humaine, nos enfants. Encore aujourd’hui dans de nombreux endroits, l’enfant est traité comme un esclave incapable de se défendre des prédations dont il est l’objet. Il est aveuglant que la solidarité intergénérationnelle nous commande de donner l’autonomie intellectuelle à nos enfants avant de les faire entrer dans un monde du travail souvent rude et brutal. Pouvons-nous appliquer partout dans le monde, sans nuance, les règles qui régissent l’éducation dans les pays d’occident ? Peut-on accepter une formation première plus réduite à condition qu’elle se double très rapidement d’une formation permanente inscrite dans la durée et l’efficacité ? Sans doute avec beaucoup de prudence dans le respect de cette autonomie intellectuelle, fondement de la maturité de toutes les jeunesses.

La quatrième question porte sur l’égalité des chances au départ, condition de l’acceptation des hiérarchies et espoir de promotion pour soi et ses enfants. C’est un des plus puissants moteurs du comportement humain. On est souvent loin du compte dans le système libéral où la promotion se fait essentiellement par modification des structures qui offrent davantage de postes à statut plus élevé et où la mobilité ascendante se réduit fortement à l’occasion des crises économiques et de leur prolongement.

Comment échapper à la disqualification sociale, telle est la cinquième question posée à la Convention.

La sixième concerne l’égalité homme/femme et sa traduction dans le monde du travail. Il est évident que dans de nombreuses fonctions la femme égalera l’homme et même le dépassera comme c’est déjà le cas dans plusieurs domaines. Comment accélérer le mouvement, le rendre irréversible, par création d’une culture nouvelle dont on peut se demander pourquoi elle n’est pas arrivée à maturité plus tôt, ou par des voies plus contraignantes (quota, …). L’histoire est en marche dans ce domaine ; faut-il l’accélérer, la contraindre ?

La septième question porte sur le pouvoir dans l’entreprise : sa concentration au sein d’un nombre restreint d’hommes constituant des castes plus ou moins fermées et souvent coupées de la base, de la masse des travailleurs, des ateliers de production ne va pas sans poser des problèmes tant la gestion de nombre d’entreprises est devenue complexe, anonyme, impersonnelle, éclatée, morcelée et tant il est difficile d’appréhender dans leur ensemble et dans leur variété toutes les questions qu’elle suscite. À l’échelon inférieur règne encore trop souvent le travail déshumanisant ; aux échelons intermédiaires une fraction du pouvoir se répartit entre des hommes qui n’ignorent pas qu’ils n’en auront jamais beaucoup plus et sont engagés dans des carrières sans relief, génératrices de frustrations; tandis qu’au sommet les « happy few » continuent à avoir le pouvoir de sacrifier tous les autres sur l’autel de la rentabilité. C’est ainsi que l’on pourrait résumer la façon dont certaines entreprises prétendent encore aujourd’hui se gérer par l’utilisation d’un libéralisme basé sur une conception erronée de la liberté qu’il sous-tend. Sans aller jusqu’à imaginer que « si l’homme commence à penser avec son cœur, c’est un grand miracle », suivant la formule d’Einstein, on peut supposer que notre prédisposition au lien social justifie des modes de gestion moins rétrogrades. Question accessoire si l’on ose dire : Quel doit être le réel statut des personnes âgées et des handicapés dans l’entreprise ? Paul Ricoeur disait : « Je veux que ta liberté soit. » Comment peut-on d’ailleurs imaginer que de telles discriminations ne sont pas une violation des droits de l’homme au détriment de la productivité car elles minent le soubassement social qui crée de la cohésion ?

Huitième question : elle est posée par l’apparition de la cupidité dans le monde des rémunérations. Les inégalités de revenus et de fortune ont atteint des niveaux sans précédent depuis un siècle, et ont à leur tour engendré de fortes différenciations des modes de consommation. La relative convergence des modes de vie des années qui ont suivi la seconde guerre mondiale se trouve ainsi interrompue, les nouveaux riches accédant à un mode de luxe spécifique et les autres vivant de plus en plus à crédit dans une société de l’image leur offrant des ersatz de produits de luxe. Une minorité de quelques petits pourcents de la population accapare désormais une part de plus en plus grande des revenus et des patrimoines. L’inégalité des fortunes accentue le phénomène car les fortunes croissent environ deux fois plus rapidement que les revenus. Pourtant Keynes écrivait déjà : « Nous pensons qu’on peut justifier par des raisons sociales et psychologiques de notables inégalités dans les revenus et les fortunes, mais non des disproportions aussi marquées qu’à l’heure actuelle. Il existe des activités humaines utiles qui pour porter leurs fruits exigent l’aiguillon du lucre et le cadre de la propriété privée… Mais pour stimuler ces activités il n’est pas nécessaire que la partie se joue à un taux aussi élevé qu’aujourd’hui. » Pour beaucoup il ne reste aujourd’hui que le plaisir, la jouissance illusoire du « tout, tout de suite » si bien exploité par les techniques marchandes contemporaines. D’une certaine façon notre société réduit l’esprit à la matière. On est loin du système hébreu de la remise périodique des dettes. Pour quelques privilégiés gérer ou travailler dans une banque est plus profitable que la cambrioler. Sans oublier que tout ceci est parfaitement contraire aux règles de l’économie de marché telles que les a définies Adam Smith. Le marché, disait-il, ne peut jouer son rôle de « main invisible » que si chacun des acteurs modère son appétit et garde le souci du bien de la communauté à laquelle il appartient, formule d’ailleurs reprise sous une autre forme par Milton Friedman, le pape de l’école de Chicago, pourtant libéral à l’extrême. Comment modérer cet appétit de jouissance ? Comment réduire l’ampleur de cette loterie phénoménale qui s’est mise en place (il y a un demi-siècle la grille des rémunérations allait de 1 à 15 dans le meilleur des cas : ridicule à l’âge des « golden boys »). Faut-il ramener à des proportions raisonnables le rapport du décile des mieux rémunérés à celui des plus mal lotis et le suivre dans le temps ? Y a-t-il un juste ratio entre les salaires les plus élevés résultant d’innovations qui ont fait progresser l’humanité et les autres ? Pour les uns, il suffit de taxer beaucoup plus les revenus élevés et les grandes fortunes, ce qui poussera à toujours plus d’évasion fiscale ; pour d’autres (Warren Buffet, Bill Gates…) il est indispensable de développer une culture du mécénat à beaucoup plus grande échelle : ceux qui ont beaucoup reçu doivent beaucoup donner. On y reviendra.

Question dans la question, posée à la Convention : Peut-on imaginer le ratio de la juste rémunération d’une juste innovation par rapport aux enrichissements d’opportunité ? La répartition des avantages doit-elle être telle qu’elle entraîne la coopération volontaire de chaque participant y compris les moins favorisés à une œuvre commune ? La très grande réalité du problème n’est-elle pas attestée par les hommes de la bible puisque les évêques s’émeuvent désormais des faramineux bonus accordés aux traders et autres financiers ? Et n’est-ce pas tant le cheminement et la démarche engagée qui importe, que le résultat. À tout le moins peut-on imaginer que chaque entreprise se dote désormais d’une structure (comité d’éthique, …) lui permettant de commencer à réguler ce domaine ?

Neuvième question posée aux membres de la Convention : le retour sur le devant de la scène du travailleur pauvre et la précarisation des relations du travail ne méritent-elles pas un éclairage particulier. Dans les époques de croissance soutenue le problème ne se pose pas ; tel n’est malheureusement plus le cas, nulle part dans le monde. Le moment n’est-il pas venu de réanimer un débat sur la vocation de l’entreprise ? Elle est bien entendu de faire du profit et de le comparer à celui des autres mais on peut ajouter à cette obligation première un principe qui donnerait du sens au rôle des gestionnaires, celui de la préservation de leur potentiel humain. Ainsi pourrait-on éviter que les salaires soient de façon permanente la variable d’ajustement économique en cas de difficulté. S’il est clair que le résultat de l’entreprise est l’obligation de donner du sens à la vocation de l’entreprise, si ce principe se généralisait pour éviter toute distorsion de concurrence, cela pourrait conduire à une nouvelle approche des relations dans l’entreprise. Pourrait-on s’engager dans cette voie et sous quelle forme ? La création d’un passeport social pour chaque salarié permettant à celui-ci formation et reformation permanents, moyens importants apportés aux systèmes de reconversion et de changement d’emploi, toutes ces idées qui germent actuellement dans l’esprit de sociologues de l’entreprise ne sont-elles pas à encourager ? Notre patrimoine génétique a été conçu dans un certain environnement lorsque nous étions des chasseurs et des pêcheurs. Notre patrimoine actuel ne peut-il utiliser ces fondements pour améliorer notre « vivre ensemble », pour aller vers l’inclusion plutôt que vers l’exclusion.

Dixième question : La philanthropie ne doit-elle pas faire partie du « bien agir » comme disait Aristote ? À ceux qui ont beaucoup reçu n’est-il pas légitime de demander beaucoup ? (Cf. supra) Certains objecteront que la charité n’a jamais fait disparaître la misère. Elle reste une action qui avec son originalité s’ajoute à d’autres pour en réduire les effets. Elle peut être aussi une façon de créer du terreau pour le créatif, le bénévolat, l’hybridation, le métissage culturel : partout dans le monde, le système associatif joue un rôle rapidement croissant dans les relations humaines. À condition d’éviter l’écueil d’une éthique conçue comme un glaçage superficiel. Si Camus a raison de dire que nous n’aimons pas l’idée d’être responsable du malheur des autres, la philanthropie est-elle une façon de nous dédouaner de nos responsabilités ?

Onzième question posée aux « conventionnels » : Ne faut-il pas faire violence à la violence ? L’histoire de l’humanité c’est peut-on espérer d’en finir un jour avec la violence de l’humanité. En revenant aux fondamentaux qui ont pour noms : l’homme, ses origines, son destin et la dérisoire précarité de sa traversée.

Bien entendu d’autres questions mériteraient des débuts de réponse ou de méthode s’agissant des enrichissements sans cause, de la prévarication, de la corruption (douzième question) et bien entendu de la nécessité de préserver la planète merveilleuse et fragile qui nous héberge, de la création de solidarité dans les immenses mégapoles où la misère et la violence détruisent le tissu social. Nous sommes la première génération qui a les ressources, les moyens, les technologies, les sciences pour résoudre la plupart de nos problèmes. Ce qui veut dire qu’elle a davantage de responsabilités que celle de nos parents et de nos aïeux. Surtout si l’on se souvient qu’il y a 1,5 milliards d’individus qui vivent avec un revenu légèrement supérieur à un dollar par jour, 2,5 milliards qui ont au mieux deux dollars par jour, que l’espérance de vie est la plus faible et de loin en Afrique (moins de quarante-cinq ans), que mille femmes meurent tous les jours en accouchant, … On peut dans ces conditions être moraliste et même un peu moralisateur, sans que le mot tue…

En réalité une société libérale ne saurait s’identifier à une société laxiste, affairiste, … Dès que les préceptes issus de l’expérience des siècles passés ne sont plus observés les sociétés entrent inévitablement en décadence. La décadence est « une vacance des idéaux ».

Y a-t-il un équilibre possible entre liberté et responsabilité, propriété et équité, jouissance et limitation, science et morale, rationnel et affectif… Une certitude en tout cas : de cette coopération des contraires pourrait naître un tout éthique unificateur ! « C’est un malheur du temps que les fous guident les aveugles. », écrivait Shakespeare dans Le Roi Lear ; sommes-nous en position d’aveugles guidés par des dirigeants fous? Certainement pas pour la majorité d’entre eux. Ils font de leur mieux et l’apparition d’un code éthique du libéralisme leur apporterait une colonne vertébrale morale bienvenue. Mais dans la seule et unique tribu que devient l’humanité c’est surtout par capillarité et vertu de l’exemple qu’un tel code éthique doit faire sentir ses effets. Notre liberté et notre responsabilité y trouveraient motif à s’exercer pleinement. Le libéralisme ainsi tempéré y gagnerait ses lettres de noblesse.

L’éthique du libéralisme en question

L’ENTREPRISE DANS LA SOCIÉTÉ : DE LA DÉFORMATION À LA REFONDATION (Père Baudoin Roger et Blanche Segrestin)

Le 19 novembre 2015, le Père Baudoin Roger, co-directeur du département Économie, Homme, Société au Collège des Bernardins, et Blanche Segrestin, professeur en sciences de gestion (chaire Théorie de l’entreprise, modèles de gouvernance et création collective) à Mines Paris Tech-PSL, ont prononcé une conférence sur les rapports de l’entreprise et de la société.

Retrouvez leurs interventions en vidéo.

Intervention du Père Baudoin Roger

Intervention de Blanche Segrestin

L’ENTREPRISE DANS LA SOCIÉTÉ : DE LA DÉFORMATION À LA REFONDATION (Père Baudoin Roger et Blanche Segrestin)

CONFÉRENCE DE BLANCHE SEGRESTIN (jeudi 19 novembre 2015)

L’entreprise dans la société : de la déformation à la refondation
(seconde partie)

par Mme Blanche Segrestin

C’est avec un grand honneur que je vais essayer de vous résumer les travaux qui ont été menés, par toute une équipe que je ne fais ici que représenter, depuis le printemps 2009 au Collège des Bernardins.

Je vais essayer simplement de mettre l’accent sur quelques grands thèmes et notamment de revenir sur la crise, qui a été évoquée déjà par Monsieur Collomb et par Beaudoin, de l’entreprise, en montrant que cette crise est aussi un symptôme selon nous, du fait qu’il y a un vide juridique et la nécessité pour nous qu’il y a de retravailler la théorie de l’entreprise.

Je vous présenterai dans un second temps comment un détour historique nous amène à apporter effectivement un nouveau regard sur l’entreprise et à proposer cette notion de création collective comme centrale pour penser l’entreprise contemporaine. Et puis ensuite j’essaierai de dégager quelques pistes sur lesquelles nous travaillons actuellement, quelques implications, d’une certaine manière quelques propositions pour refonder l’entreprise aujourd’hui.

Dans un premier temps, je ne vais pas revenir longuement sur la crise. On en a évoqué plusieurs aspects, les dommages, notamment environnementaux, ou les croissances des inégalités qu’on observe un peu partout dans le monde. Un fait peut-être a été insuffisamment souligné et nous a beaucoup préoccupés. C’est le fait que l’entreprise elle-même apparaissait comme la première victime de la crise. Un certain nombre de faits, relativement partagés aujourd’hui ou reconnus montrent que le management au sein des entreprises a été profondément transformé. Je les indique rapidement : le fait qu’il y ait une focalisation sur quelques critères, notamment de court terme, sur la valeur actionnariale, mais aussi les mécanismes de contractualisation interne ; l’individualisation des objectifs et des rémunérations ; et puis aussi la difficulté à investir sur des projets de long terme, particulièrement incertains, comme le sont les projets de recherche et de développement.

Et on voit que l’ensemble de ces mécanismes a fortement impacté la manière dont fonctionnent les entreprises, au point même parfois de menacer directement la survie des entreprises. Alors ça s’est traduit par quelques phénomènes qui rendent, exemplifient et illustrent ça de manière extrême. On a vu par exemple, lors de la faillite des banques en 2008, comment est-ce que le management a pu, en poussant l’organisation bancaire à prendre des risques qui allaient, à l’encontre des règles mêmes professionnelles du secteur bancaire, mettre en faillite leur établissement. On a vu aussi, et ça a été souligné par des collègues américains récemment, comment est-ce que des grandes entreprises américaines depuis les années 2000 consacrent plus d’argent à racheter leurs propres actions pour soutenir leur cours en bourse qu’à investir dans la R&D, alors même qu’elles sont sur des secteurs où la compétitivité se joue directement par la capacité d’innovation, dans les secteurs, par exemple, de la pharmacie, des semi-conducteurs, etc. Là encore des choix de gestion pris arrivent à menacer la pérennité de l’entreprise sur du moyen, voire du court terme. Et puis le dernier exemple, on ne peut pas ne pas citer le cas Volkswagen. Là encore, des choix de gestion, poussés aussi par des critères de profitabilité sans doute à court terme impliquent des mises en péril direct de l’entreprise et de sa survie.

Ces exemples-là en fait ont été extrêmement préoccupants pour nous: comment expliquer les évolutions de la gouvernance, l’accent mis sur la valeur pour l’actionnaire, ce qu’on a caractérisé au Collège des Bernardins comme une « grande déformation », au détriment de l’entreprise ? Comment peut-on expliquer qu’on en soit arrivé, au début du XXIe siècle, à ce que le management se retourne contre l’entreprise ? Comment expliquer ce paradoxe formidable que l’entreprise joue contre sa propre pérennité et sa propre survie ?

Il nous semble que la principale explication que l’on peut amener, c’est que l’entreprise a été effectivement prise dans une transformation du régime de sa gouvernance et selon des principes qui n’étaient pas adaptés à l’entreprise, mais qui étaient des principes de corperate governance – le terme anglais est peut-être plus précis ; il a été traduit par « gouvernance d’entreprise », mais il serait plus cohérent et plus fidèle de le traduire par « gouvernance de la société » en appuyant l’idée que la société en tant que société anonyme, société de capitaux, le vecteur juridique de l’entreprise, ne correspond pas à l’entreprise elle-même.

De ce point de vue-là, on s’aperçoit que la doctrine qui plaide pour un renforcement de la surveillance des actionnaires sur le management, n’a pas été fondée sur une représentation cohérente de l’entreprise. Et la gouvernance s’est appuyée sur un droit qui était un droit de la société, là où l’entreprise n’était pas définie en droit. Notre travail qui a consisté à dire : ce vide juridique que l’on constate dans le droit ne trahit-il pas un vide théorique ? Car à aucun moment une théorie de l’entreprise n’est venue s’interposer pour défendre l’entreprise là où elle était menacée par des principes qui étaient des principes de gestion de la société ou de gouvernance de la société.

On a mené un grand colloque avec le Collège des Bernardins à Cerisy qui a interrogé les différentes disciplines de science sociale, l’économie, le droit, la gestion, la sociologie, pour montrer comment est-ce que étrangement, alors que l’entreprise est omniprésente dans l’ensemble de ces disciplines, l’entreprise n’avait pas été un objet scientifique et qu’on restait aujourd’hui encore relativement démuni pour parler de l’entreprise dans ces différentes disciplines.

Aussi faut-il revenir sur l’entreprise. Pourquoi l’entreprise n’est-elle pas assimilable qu’à la structure de société, au sens de la structure commerciale ? Le principal élément sur lequel on s’appuie pour l’affirmer, c’est une relecture historique – et l’on s’est pas mal appuyé sur les travaux d’Armand Hatchuel sur l’histoire de la grande entreprise et la naissance du management. L’entreprise moderne, l’entreprise avec un management professionnel, avec du contrat de travail, est une innovation relativement récente. Elle n’est pas du tout aussi ancienne que le capitalisme ou que le libéralisme. C’est une innovation qui est apparue à la fin du XIXe siècle, vous le voyez, il y a un peu plus d’un siècle, et qui en fait va prendre à revers l’ensemble du développement capitaliste justement, avec l’apparition et la libéralisation de la société commerciale qui elle, voyez la société anonyme par exemple, est déjà libéralisée en 1867 en France, et à peu près pareil aux États-Unis.

À cette époque-là, on peut dire que le contrat de travail et le droit du travail n’existent pas encore et que l’entreprise moderne n’existe pas. Alors pour comprendre en fait cette apparition très tardive – et on pourrait même presque dire contradictoire parce qu’en fait comment expliquer qu’on reconnaisse fin XIXe un contrat de travail où on entérine une relation de subordination alors que depuis la Révolution française on avait aboli les relations qui n’étaient pas des relations d’égal à égal ? Jusqu’à présent, il y avait bien sûr de l’emploi au XIXe, mais on passait par des contrats de louage, louage d’ouvrage ou louage de service, mais qui étaient en fait, on dirait aujourd’hui, de client-fournisseur.

Comment expliquer la naissance du contrat de travail ? Il y a évidemment un ensemble de luttes sociales, de libertés syndicales, etc., qui sont très importantes à la fin du XIXe siècle. Mais on ne peut pas comprendre la naissance de la grande entreprise, de l’entreprise moderne justement comme dans un contexte d’extraordinaire développement scientifique et technique. Je vous ai mis là en fait quelques images. C’est la naissance de l’électricité, la naissance des télécommunications, du moteur à explosion, et un formidable bouleversement. C’est une époque, j’ai repris l’expression de certains collègues, où l’on cherche non pas seulement à utiliser le progrès technologique, mais à le domestiquer, à « domestiquer l’innovation », à accélérer le progrès technique.

Vous voyez pourquoi la société commerciale devient secondaire. Ce n’est pas l’apport des capitaux qui va permettre la puissance industrielle. C’est davantage la manière de l’utiliser et de savoir développer de nouveaux brevets, de nouvelles technologies à partir des ressources que l’on mobilise. Là encore, vous voyez, le point déterminant pour comprendre l’apparition du contrat de travail, ça va être de dire qu’on ne peut plus recourir au marché du travail pour développer des choses encore inconnues ou des nouvelles technologies, puisque les ressources précisément n’existent pas. Et donc on va avoir besoin d’une organisation du travail pour faire advenir des métiers qui ne sont pas encore là.La subordination peut se comprendre comme le recours à une organisation capable de structurer par des méthodes collectives l’apparition de nouveaux corpus de connaissance, de nouvelles méthodes collectives et, par la suite, de nouveaux protocoles et processus de travail.

Dans cette perspective, trois dimensions de l’entreprise ont été omises dans les principes de gouvernance :1) on ne peut pas comprendre l’entreprise si on ne fait pas état de cette dynamique de création collective. On a eu besoin de parler d’entreprise à partir du moment, non pas où on cherchait à générer du profit – ça c’est effectivement toujours valable, mais on aurait pu continuer par la société commerciale si on en était resté à cet objectif-là. Ce qui apparaît en plus, c’est la nécessité de développer de nouveaux potentiels d’action, de nouvelles capacités d’action et d’investigation, notamment de recherche. 2) Cela passe par la structuration d’un collectif de travail avec des méthodes collectives, donc la rationalisation du travail qui passe par la subordination et 3) par cette figure totalement exceptionnelle et inédite dans l’histoire du capitalisme. Le figure de l’autorité managériale, du management, n’est plus l’entrepreneur de l’économie classique ; ce n’est plus non plus le propriétaire, le capitaliste simplement. Ce n’est pas non plus simplement l’inventeur comme ça avait pu l’être, par exemple lors de la révolution industrielle anglaise. Le dirigeant se distingue par sa compétence et une légitimité qui tient à sa capacité à coordonner un ensemble de ressources pour développer des stratégies inédites, pour concevoir et développer des stratégies inédites.

Ce sont ces trois dimensions, vous voyez, qui ont été oubliées et déstabilisées par l’apparition des principes de gouvernance de la société, à partir du moment où on a remplacé l’objectif de création collective par un objectif qui est plutôt celui de la valeur actionnariale ; où le collectif de travail a davantage fait place à des objectifs individuels et la mesure de performances individuelles ; et puis où l’autorité de gestion a plutôt été considérée dans la théorie de l’agence et les principes de gouvernance, comme un agent qui doit en fait être aligné, incité à suivre des intérêts des actionnaires.

De ce point de vue-là, on pense que l’enjeu actuel est de restaurer d’abord la capacité de l’entreprise. Il s’agit de restaurer les fondements de l’entreprise en ce qu’elle peut être porteuse d’un intérêt collectif, de recherche par exemple scientifique ou industrielle. Par exemple, l’entreprise Carl Zeiss formalise – elle naît à la fin du XIXe siècle –formalise en 1896, son objectif : participer au progrès scientifique de pointe dans l’optique de pointe dans la mesure où ce progrès permettra des applications considérables, notamment dans les domaines médicaux, mais aussi la prospérité économique des salariés et de la collectivité dans laquelle les entreprises de Zeiss sont installées. Ce projet d’innovation et de création a un intérêt non seulement pour l’entreprise elle-même, mais aussi pour la collectivité au sens global.

Alors, à partir de ce regard et de cette importance de la création collective dans l’entreprise, on a cherché à réfléchir à quelles conséquences, éventuellement comment restaurer ou quelles propositions pour restaurer l’entreprise. Alors, évidemment, il y a plusieurs pistes qui ont été évaluées ; On n’est pas sans connaître les orientations en termes – et les progrès remarquables qu’a accomplis la responsabilité sociale de l’entreprise, la RSE, avec tous les dispositifs de notation extra-financière ou de reporting social et environnemental des entreprises. On voit en fait que ça a énormément fait changer les pratiques des entreprises et, en même temps, d’après nous, force est de reconnaître que les engagements, que la RSE est basée en fait sur une hypothèse très simple. L’hypothèse est la suivante : les entreprises ont intérêt elles-mêmes, dans leur stabilité, dans leur pérennité, à prendre en compte l’intérêt des parties prenantes et leur environnement. Il en est en fait de leur intérêt stratégique bien compris. Malheureusement, force est de constater aussi que les actionnaires et ceux qui sont au conseil d’administration visent en fait leur intérêt qui n’est pas nécessairement congruent à celui de l’intérêt à long terme de l’entreprise. Et c’est ce qui explique d’une certaine manière pourquoi la RSE, malgré les immenses progrès, n’est pas suffisante aujourd’hui et n’a pas empêché un certain nombre de scandales récents que vous connaissez. Ça a aussi été rapporté dans un rapport de l’ONU, le Freshfield Report qui montre que le droit rend possible la prise en compte d’objectifs sociaux et environnementaux, mais en même temps rien n’empêche, dès lors que des actionnaires veulent rétablir une priorité sur une profitabilité à court terme de passer outre, en fait, cette responsabilité sociale et environnementale.

Il y a une deuxième voie qui a été largement étudiée dans la communauté académique, c’est l’idée que la société, au sens de société anonyme, devrait en fait intégrer différentes parties prenantes de manière à ce que le management puisse être contrôlé par un ensemble et favoriser un équilibre au sein même de la structure de société pour l’entreprise. Alors, ça a été d’ailleurs accompagné d’un certain nombre de lois, par exemple la Company Act en Angleterre ou les Consistuency Statutes qui là ne visent pas à intégrer d’autres parties au Board, mais plutôt à rendre possibles des choix de gestion qui prendraient en compte, non pas directement l’intérêt des actionnaires, mais l’intérêt de plusieurs parties prenantes.

Ces développements sont très intéressants, mais on voit qu’ils sont très critiqués à double titre, au premier, en fait, parce que beaucoup disent : à partir du moment où vous rendez cette latitude de choix de gestion possible, vous avez des difficultés à contrôler les choix de gestion. Rendre compte à tout le monde, c’est en fait rendre compte à personne – voilà en gros ce qui est dit dans la littérature. Et puis le deuxième problème, selon nous, c’est que cette logique de « je dois représenter les intérêts de différentes parties » ne rend pas davantage compte de cette logique de création collective. Considérer en fait que les dirigeants doivent rendre compte à de multiples parties et d’augmenter les contraintes ne va pas libérer cette capacité de création collective et ne va pas, en tous cas, dans ce sens-là.

Du coup, nous avons plutôt essayé de réfléchir à une autre voie, ou à d’autres voies – je devrais le mettre au pluriel – en disant : comment restaurer ces principes, en fait ces fondements de l’entreprise en tant que dispositifs de création collective au sein du droit ? Et alors on a travaillé essentiellement dans deux grandes directions. Je vais aller assez vite sur la première, parce qu’il y a un ensemble de dispositifs où il s’agissait en fait de réfléchir à comment penser un droit, non plus de la société, un droit du commerce, mais bien un droit de l’entreprise. Et là on s’est dit : il y a déjà un ensemble de dispositions – on a beaucoup travaillé avec des juristes – il y a un ensemble de dispositions qui pourraient relever déjà, qui manifestent l’entreprise en droit et qu’on pourrait en fait chercher à rendre visibles au travers d’un code de l’entreprise. Par exemple, les dispositifs comme le comité d’entreprise, tout ce qui relève de la représentation des salariés ou, plus récemment, des dispositifs qui renchérissent le poids de vote pour des actionnaires qui s’engagent à rester sur la durée dans les entreprises. Tout cela en fait va dans le sens, effectivement, d’une reconstitution d’un intérêt collectif de l’entreprise.

Mais on peut également travailler sur d’autres axes, notamment penser le statut des dirigeants, non pas simplement comme des mandataires chargés de défendre l’intérêt de telle ou telle partie, mais bien plutôt selon un terme qui est, plutôt que le mandat, renvoie à un pouvoir d’habilitation : les différentes parties, que ce soient les actionnaires ou les salariés, habilitent l’équipe dirigeante à prendre des choix de gestion qui peuvent les impacter, mais dans l’intérêt d’un projet collectif et créatif. Ce principe d’habilitation, vous voyez, change remarquablement les choses sur la représentation de la fonction dirigeante et a des conséquences, par exemple, sur : les choix de gestion doivent être considérés dans leurs effets comme communs et non pas imputables à telle ou telle partie.

Voilà un ensemble de pistes sur lequel l’équipe a travaillé. On avait des équipes de financiers qui ont travaillé plus spécifiquement sur le rôle des actionnaires ; d’autres qui ont travaillé sur le poids des États face aux entreprises et la concentration en fait au niveau international des entreprises, avec ce principe, porté notamment par Jean-Philippe Robé, de constitutionnalisation de pouvoir privé par rapport aux États-nations.

Je voudrais aussi vous indiquer une autre voie qui nous a été en fait soufflée par l’expérience américaine de nouvelles sociétés qui sont apparues à partir de 2012, au départ en Californie, mais qu’on retrouve aujourd’hui dans 31 États américains. Vous le voyez, en l’espace de 3 ans, les législations qui sont considérablement amendées aux États-Unis. Et ce principe en fait ne consiste pas à introduire un droit de l’entreprise, mais plutôt à venir changer le droit des sociétés en intégrant au cœur même du contrat de société, donc du contrat entre les actionnaires, le principe d’une mission – ce que les États-Unis appellent un purpose – qui peut être soit ce qu’ils appellent un general public benefit, donc une mission de l’entreprise qui doit viser un bénéfice collectif, soit un special purpose, donc un objectif qui serait social ou environnemental. Donc, voyez qu’en fait cela revient, dans ce type de société à dire : il n’y a pas seulement une relation directe entre les associés qui mandatent une équipe de management, sous-entendu : pour servir leurs intérêts, mais on introduit en fait un tiers terme, la mission sur lesquels [laquelle] en fait les associés s’engagent, et les associés engagent non seulement leur personne, mais la société et, du coup, les associés futurs, ce qui veut dire par ailleurs que le management sera contrôlé à l’aune de la stratégie qu’il mène sur cette mission ou cet objectif social et environnemental.

Et voyez en fait ce changement : le fait que des sociétés, à but lucratif par ailleurs, qui ne renoncent pas à leur lucrativité, intègrent dans leurs statuts un objectif de nature sociale ou environnementale, a des effets qui nous semblent extrêmement intéressants, y compris d’un point de vue théorique, et on a repris en fait cette proposition en France sous l’idée d’une société « à objet social étendu », l’objet social étant un nom classique, qui désigne d’habitude le domaine d’activité dans lequel l’entreprise opère. Ici, l’idée était de dire : l’objet social justement peut être enrichi, intégrer des objectifs de nature sociale et environnementale qui vont être pérennes et devenir du coup opposables à l’entreprise et à l’équipe dirigeante.

Cette idée nous semble d’autant plus intéressante qu’elle permet de restaurer, encore une fois, dans le droit des sociétés, l’idée qu’il puisse y avoir, non seulement des objectifs sociaux et environnementaux, mais aussi des objectifs créatifs, c’est-à-dire : on poursuit ensemble, comme je disais tout à l’heure le progrès de l’industrie optique pour Carl Zeiss, là ça peut être le développement en fait de nouvelles technologies ou la lutte contre le réchauffement climatique ou autre. On a, on réintègre la dimension de création collective à l’occasion en fait d’un objet social étendu.

Dernier élément ; on restaure aussi un statut des dirigeants qui nous semble beaucoup plus cohérent avec leurs fonctions dans la mesure où ils doivent rendre des comptes sur une stratégie créatrice. C’est une proposition aujourd’hui qui a été reprise dans un certain nombre de groupes et d’institutions, dans un rapport du Conseil économique et social, mais aussi dans une task force récemment du G8, au niveau français et au niveau international. Et puis, c’est un dispositif qu’on cherche à expérimenter, avant même que la loi passe, avec un certain nombre d’entreprises. Et les entreprises avec lesquelles on travaille, nous renvoient l’idée que ce type de dispositif réouvre la finalité de leur entreprise et permet d’expliciter des choix. On en revient ainsi à la question éthique : ça restaure la possibilité pour un entreprise de choisir ses finalités, là où les finalités avaient tendance à s’imposer à elle.

 

CONFÉRENCE DE BLANCHE SEGRESTIN (jeudi 19 novembre 2015)